Par Myrtille Rambion, tetu.com
BEST OF TÊTUE. Lors du Festival de télévision de Monte-Carlo, Katherine Moennig a accordé, en exclusivité à TÊTUE.COM, une interview très… «Shane».

D'accord, dans la vraie vie, elle n'est pas Shane. Pourtant, la dégaine, la voix, le débit, la coupe de cheveux, les lunettes de soleil, le jean slim et les réponses concises à peine audibles sont exactement les mêmes que dans The L Word.

TÊTUE: Kate, comment est-ce, la vie après The L Word?
KATHERINE MOENNING: La vie est belle! Ouais... (pause) C'est fini depuis presque un an maintenant, donc je suis passée à d'autres émotions, je ne suis plus triste. Je vais bien.

Vous avez déjà retrouvé un nouveau rôle, celui d'un médecin dans la série hospitalière Three Rivers. Mais y a-t-il eu un moment malgré tout où vous avez craint d'être cantonnée aux rôles «à la Shane», d'avoir une étiquette collée à la peau pour toujours?
Bien sûr. Mais je crois que tout le monde connaît ce genre de peur. Moi, j'ai eu beaucoup de chance d'obtenir ce rôle qui me plaît, assez rapidement après la fin de The L Word, donc cette période de doute n'a pas duré, heureusement.

Il paraît que cette série, Three Rivers, est espérée comme le nouveau «Urgences» par CBS.

Je ne sais pas... Mais c'est vrai après tout que cela pourrait être le nouveau Urgences. Cela se pourrait (pause) mais en fait, je n'en suis pas sûre parce que... je n'ai toujours pas vu le pilote. Je ne sais pas comment ils ont organisé l'ensemble, je ne sais pas à quoi cela ressemble donc je ne peux pas vous en dire tellement plus que ça.

Dans la vraie vie, vous arrive-t-il que certaines personnes vous appellent «Shane»?
Ouais (sourire)... Cela arrive même assez souvent.
Exergue shane 3
Et?
Ben... je ne suis pas Shane, donc...

Mais vous leur dites quoi à ces gens-là?
Rien (sourire). C'est juste que... je ne suis pas Shane, c'est tout, donc quand on m'appelle comme ça, je ne réponds pas.

Vous n'êtes pas Shane, mais vous lui ressemblez quand même furieusement...
Nous sommes complètement différentes. Si ce n'est que nous nous ressemblons physiquement. Pour le reste, nos manières de voir la vie sont opposées.

Kate Moenning

Dans les attitudes, l'apparence physique, la manière de vous habiller, justement, diriez-vous que vous êtes peu à peu devenue Shane ou que Shane est peu à peu devenue vous-même?
Les deux. Je pense que c'est ce que vous répondra n'importe quel acteur, d'ailleurs. Au bout d'un moment, si vous jouez un même personnage, vous finissez par vous confondre avec lui. On finit toujours par entretenir une sorte de relation organique avec son personnage.

Comment décririez-vous l'ambiance de tournage de The L Word?
Elle était merveilleuse.

Jamais de crêpages de chignon?
Non.

Pourtant, c'est ce que l'on a pu lire çà et là...
Ne croyez pas ce genre de trucs. Nous nous sommes très bien entendues.

Et la fin? Honnêtement, vous ne l'avez pas trouvée un peu décevante?

Je comprends tout à fait les critiques. Je peux comprendre que certaines personnes aient pu trouver la fin un peu décevante (pause)... Ouais, je comprends.

Comment ça?
Eh bien, disons que je ne pense pas que la dernière saison ait été un bon résumé de la série, de tous les sujets qu'elle a abordés et de tout ce qu'elle a représenté.

Des six saisons, quelle est votre préférée?
Ça c'est une question difficile (pause). La deuxième saison me plaît bien, en fait. Je me souviens avoir adoré la dynamique de cette saison, je trouve que c'est là que la série a commencé à vraiment voler de ses propres ailes, à trouver un rythme bien à elle, à avoir son propre univers.

Vous savez que vous êtes devenue une icône pour les filles du monde entier?
Hum hum.. (elle acquiesce).

C'est quelque chose que vous gérez bien?
(rires) Mais cela n'a aucune implication dans mon quotidien! Cela ne change rien quand je marche dans la rue. Les seuls moments où je m'en rends compte c'est quand je parle à des journalistes. Mais ma vie au jour le jour n'a pas vraiment changé, je vous assure.

Je crois savoir que vous avez déjà rencontré Amélie Mauresmo...
(Elle se redresse de son fauteuil) Amélie? Ouais, c'est vrai. Elle est adorable! C'était il y a quelques années déjà. Avec les filles (de The L Word, NDLR), on avait eu la chance de pouvoir assister à l'un de ses matches. Elle était excellente! Franchement, je l'adore. C'est une athlète exceptionnelle.

Vous savez qu'elle aussi est une icône en France?
Oui, je peux aisément l'imaginer (Elle s'anime) Elle va bien? Elle a eu de bons résultats dernièrement?

Elle a perdu au premier tour de Roland-Garros.
Ah bon, vraiment? (l'air concerné) Elle a perdu... et contre qui? Une Allemande? Oh, c'est pas vrai... Mais elle va revenir au top, j'en suis sûre!

Ah oui?
Ouais!
exergue 2 shane
Vous êtes fan de tennis?
Je ne suis pas accro, mais j'aime ça oui. Si j'ai l'occasion de voir un match, j'en profite. Voir Amélie en vrai, c'était génial.

Et sinon, qui est selon vous la plus canon des L Word?
Mon Dieu (sourire). Elles sont toutes belles. Mais (pause) là, vous parlez de ma seconde famille.C'est comme si vous me demandiez quelle membre de ma famille je trouve la plus attirante : je ne peux pas répondre à cette question!

D'accord. Alors laquelle est votre meilleure amie?
Leisha (Hailey, qui joue Alice, NDLR) est ma meilleure amie. Je suis également très amie avec Erin Daniels (Dana, NDLR).

Erin Daniels vient souvent à Paris, Mia Kirshner y a acheté un appartement... Et vous, connaissez-vous la France?
Je suis allée à Paris, une fois: j'adore! C'est une ville magnifique. Je me suis baladée un peu partout, mais je n'ai pas suivi le parcours touristique classique, je n'aime pas ça. J'ai beaucoup marché. Je suis allée au Louvre, puis je me suis promenée dans le 6e, le 7e et je suis remontée dans le 8e arrondissement en longeant la Seine... Quand je vais dans un endroit que je ne connais pas, c'est ce que je préfère faire: marcher pour le découvrir.

Connaissez-vous d'autres endroits que Paris en France?
Ben... Monaco, techniquement, ce n'est pas la France, hein? Alors, non, je ne suis pas allée ailleurs en France.

Et Monaco, ça vous plaît?
C'est beau! Mon Dieu, c'est vraiment splendide. Personnellement, je ne vois pas ça sous l'angle «glamour». Pour moi, c'est juste un endroit chargé d'histoire. Et puis, quelle vue!

Quid de Los Angeles, où vous vivez ?
J'adore L.A.! C'est une endroit génial pour vivre. Qui est parfois gâché par les gens qui y évoluent, mais il n'empêche que c'est une super ville.

C'est une ville où la pression peut parfois être très forte. Beaucoup d'actrices parlent notamment de ce poids de la beauté à Hollywood, des normes qui vont avec, des canons que l'on vous impose...
Je ne suis pas d'accord avec ce point de vue. Je pense que l'on est le produit de son environnement. On est à l'image de ce qui nous entoure. Et dans mon monde, on ne se préoccupe pas de ce genre de choses. J'ai le sentiment de pouvoir être celle que je veux. En tout cas, il me semble que j'y suis plutôt parvenue jusqu'ici (sourire). Alors, pourquoi changerais-je?

Puisque l'on évoque Hollywood : le film L Word dont on parle tant est-il réellement en préparation?
Il faudra poser la question à Ilene (Chaiken, la créatrice, NDLR). Mais d'après ce que je sais, elle est très intéressée par le projet. Et moi aussi, bien sûr! Je serai absolument partante pour retrouver les filles et cet environnement de travail. (Pause) Nous étions une famille, vraiment. J'espère que ça va se faire.

Pour nous aider à mieux vous connaître, puisque vous vous dites complètement différente de Shane, expliquez-nous par exemple ce que vous aimez faire quand vous ne travaillez pas?
Je suis quelqu'un de très normal. Je fais ce que les autres font. J'aime écouter de la musique, toutes sortes de musique: j'aime le rock, le punk, la pop, le hip-hop. A part ça, je vais courir avec mes chiens, je profite de ma maison, ce genre de trucs.

C'est vrai que vous ne regardez presque jamais la télévision?
Non, je ne la regarde pas. Je préfère aller au cinéma. Mais je crois que je vais me mettre à True Blood (la nouvelle série du créateur de Six Feet Under, Alan Ball, NDLR), ça m'a l'air vraiment bien.

Vous saviez qu'Evan Rachel Wood (Once and Again, Thirteen) avait rejoint le casting en tant que vampire lesbienne?
Ah non. (Pause) Mais cela a du sens.

Vous avez de jolis tatouages...
Ouais. J'en ai neuf. Ils ont chacun une signification particulière. Mais ne comptez pas sur moi pour vous dire laquelle.

Bon, maintenant, vous pouvez le dire : vous n'aimez pas les interviews?
Non, pas vraiment (sourire). C'est ce que j'aime le moins dans mon métier. Mais ça fait partie de mon boulot, donc je dois le faire. Pour être très honnête, je n'aime pas tellement être sous les projecteurs. Moi, je ne me vois pas comme quelqu'un de célèbre. Car il faut bien se dire une chose: à Los Angeles, tout le monde s'en fout de moi.»