Un monde à Elles

07 mai 2010

Sharleen Spiteri : «J'adore les femmes!»

Par Margaux Guignard, tetu.com

INTERVIEW. La jolie brune du groupe Texas vient de sortir sont deuxième album solo: «The Movie Songbook» et annonce le retour de Texas pour bientôt. Fan de cinéma, elle s'offre un petit plaisir en reprenant des musiques de films célèbres. TÊTUE a eu l'immense bonheur de la rencontrer...

                           

TÊTUE:Votre album vient de sortir, comment vous sentez-vous?
Sharleen Spiteri: Je suis très surprise parce que... je ne m'attendais pas à ce que ça plaise. J'ai vraiment fait cet album parce que j'en avais très envie, et pour être honnête je ne pensais pas que les gens aimeraient, donc c'est cool.

Pourquoi avez-vous choisi de faire des reprises de grandes chansons du cinéma?
J'adorais chanter les musiques de Saturday Night Fever et de Godfather, elles me restaient dans la tête. Du coup, je me suis dit que ça serait marrant de faire un album en reprenant ces chansons, et qu'en plus, ça ne prendrait pas trop de temps. J'ai enregistré l'album en huit jours, j'avais vraiment très envie de le faire.

Quel est votre rapport au cinéma?
Quand j'étais enfant, c'était mon échappatoire. Ça m'inspire pour rêver, pour  raconter des histoires, pour partager des émotions et des sentiments... J'adore regarder un film, écouter sa musique et que ça me fasse voyager, me transporte, c'est une passion!

Vous pourriez citer une musique de film qui vous a particulièrement touché?
Oui, La musique du film Look at   you et aussi celle de Pat Garett et Billy the kid.

Avec The Movie Songbook vous visez un public différent de celui de Texas?
Je pense que ça appelle un autre public, mais ce n'est pas ce à quoi je pense quand j'enregistre. Dans cet album il y a de la disco, du jazz de la country, de la pop, du folk, plein de style différents. J'ai juste chanté des chansons que j'aimais et qui représentaient quelque chose pour moi.

Tous ces titres sont très sensuels et sexy, vous aimez en jouer?
C'est bizarre parce que je ne me définis pas comme quelqu'un de sexy. Je ne suis pas le genre de personne qui entre facilement dans un rapport de séduction, je ne vois pas ça chez moi! Peut-être que quand je chante je suis emportée par ma vraie passion, et qu'un côté sensuel de moi ressort, mais ce n'est pas volontaire. Je dirai même que je n'ai pas la même notion du sexy que beaucoup de gens. Il arrive souvent que, face à unE photo de moi,  je dise «oh mon dieu tu trouves ça vraiment sexy?» Ce que je préfère, c'est une photo en sweat-shirt où on ne voit rien d'autre que mes yeux. J'aime le mystère, ça c'est sexy! C'est peut être pour ça qu'on me trouve sensuelle mais je n'essaye vraiment pas de l'être. (rires)

Est-ce le genre de chansons que vous aimeriez écouter en faisant l'amour?
Mon dieu non!  Je n' «écoute» pas de la musique, je ne sais pas comment vous dire... La musique est en moi, je n'écoute pas, j'entends de la musique en permanence. Il ne m'arrive jamais de penser «waouw celle là, est top pour faire l'amour!».  Ça me rapelle une conversation que j'ai surprise un jour. Un mec racontait sa nuit à ses amis et parlait d'une musique, en disant qu'elle était géniale pour le sex. Je me suis dit que c'était un abruti qui pensait être sexy, alors que c'était un looser. Pour moi, les gens qui pensent à une chanson particulière pour avoir une relation sexuelle, sont des gens qui ne pensent qu'à eux, à leur rapport à cette musique, et pas à leur partenaire. Comme si cette musique leur donnait des ailes, «waouw je suis le coup du siècle», c'est de la connerie!

La majorité de vos fans sont des lesbiennes, qu'est ce que ça vous fait?
J'en suis très fière. Etre appréciée par une autre femme, qu'elle soit homo ou non, c'est le meilleur des compliment.

J'adore être une femme, mais merde, un petit garçon rêve d'être cow-boy ou pilote, alors que les filles veulent toutes être infirmières ou comme leur maman, c'est tellement chiant! Vous avez déjà été draguée par une femme?
Des centaines de fois! Mes meilleures amies sont lesbiennes alors j'en côtoie beaucoup. Mais vous savez, je ne me préocupe pas de l'orientation sexuelle des gens, je m'intéresse seulement à qui ils sont, à leur façon d'être. J'adore les femmes, je n'ai jamais eu de sentiments amoureux pour elles, mais j'adore être entourée par des femmes.

J'ai lu dans Diva magazine que vous regrettiez presque de n'avoir jamais eu de relation homosexuelle, c'est vrai?
Je n'ai jamais dit une telle chose de ma vie! D'abord je n'ai jamais regretté d'avoir ou ne pas avoir de relations avec qui que ce soit.  Et puis je ne couche pas pour coucher! Quand je donne mon corps et mon «âme» à quelqu'un,  c'est une personne avec qui je serai connectée pour toujours. Bien sûr ça ne marche pas toujours comme ça, je le sais bien, mais mes relations ont toujours duré longtemps, ce n'était pas des histoires de cul.

Avez-vous finalement regardé l'épisode de The L Word dans lequel  passait la chanson Don't keep me waiting ?
Oui bien sûr. J'adore Shane, son look, et sa coupe de cheveux me rappelle quelqu'un! (rires)

Pourquoi vous cultivez ce look androgyne?
Je suis comme ça depuis toute petite. Quand j'étais enfant je voulais être un garçon, je préfère les trucs de garçons de manière générale. J'adore être une femme, mais merde, un petit garçon rêve d'être cow-boy ou pilote, alors que les filles veulent toutes être infirmières ou comme leur maman, c'est tellement chiant! Je n'ai jamais aimé les poupées...

Mais toutes les filles ne jouent pas à la poupée!
Je sais, mais de manière générale c'est ce qu'on attend d'une fille, sinon on dit que c'est un garçon manqué!
Ma fille qui a sept ans adore jouer avec une petite voiture, l'autre jour elle est rentrée de l'école et toutes ses camarades s'étaient moquées d'elle à cause de ça.  Elle ne comprenait pas, pour elle c'est un jeu comme un autre, les femmes conduisent bien des voitures! Je lui ai dit:  «Tu vas vraiment te soucier de ce que les autres pensent? Tu veux ressembler à toutes les autres petites filles? Si tu aimes jouer avec cette voiture, il va falloir que tu choisisses entre ce que tu aimes faire, et ce que les autres te disent de faire.»

Ça veut dire que si un jour votre fille vous annonce qu'elle est lesbienne ça ne vous posera aucun problème?
Je n'en ai rien à faire, tant qu'elle est heureuse! Que ce soit une fille ou un garçon, je vérifierais simplement que ce n'est pas une mauvaise personne. Je veux juste la protéger, comme mes parents ont pu le faire. C'est marrant car ma mère, comme je n'avais jamais de petit ami, s'est demandée si j'étais lesbienne. Un jour elle a osé me poser la question, et comme j'aime provoquer, j'en ai joué un petit peu! (Rires)

Vous avez annoncé il y a quelques semaines le come back de Texas, vous en êtes où?
Tout ce que je peux dire pour le moment c'est qu'on y travaille! J'espère que ce sera pour l'an prochain. On en a très envie, mais nous n'avons pas de dead line, on verra combien de temps ça nous prend!

A quoi doit-on s'attendre si le groupe se réforme?
J'espère juste que ce sera bien! Quand on prépare un album, on ne sait jamais à l'avance comment il sera à la fin.

Est-ce-qu'il y a un artiste que vous aimez particulièrement écouter en ce moment?
J'adore l'album de Plan B, c'est un mix de soul, d'air pop et de rap, et l'artiste a une très belle voix. J'aime aussi beaucoup le groupe XX, ils sont très bons.

 

The Movie Songbook, de Sharleen Spiteri (Mercury - Universal). Dans les bacs.

Liste des titres interprétés:

Xanadu
If I Can’t Have You
God Bless The Child
Between The Bars
The Sound Of Silence
What’s New Pussycat?
The Windmills Of Your Mind
Take Me With You
Cat People (Putting Out Fire)
Many Rivers To Cross
O’ Pretty Woman
This One’s From The Heart
Take My Breath Away

Photos: M.G. (TÊTUE)

Posté par Entr_elles à 21:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


14 février 2010

Amélie Mauresmo «Je me suis posée, je passe du bon temps»

Par Myrtille Rambion, tetu.com

INTERVIEW. Mercredi 10 février, Amélie Mauresmo est revenue à Coubertin. Pas pour son come-back de joueuse, mais pour faire en bonne et due forme ses adieux à un public qui lui a tant donné, celui de l'Open GDF Suez. L'occasion également de nous entretenir avec elle. Alors, la retraite, c'est comment?

                           

Amélie MauresmoUn film projeté sur l'écran géant du stade Pierre-de-Coubertin pour retracer les plus grands moments de sa carrière. Des discours très touchants de ses pairs (« Aujourd'hui, je me sens triste. En tant que joueuse et en tant que femme, Amélie Mauresmo restera toujours dans ma mémoire et je doute qu'une autre la remplace», a notamment dit, très émue et dans un français impeccable, la Russe Elena Dementieva). La déclaration d'amour de son ami l'humoriste Michel Boujenah («Tes espoirs, c'étaient nos espoirs; tes désespoirs c'étaient nos désespoirs à nous aussi. Pour tous ceux qui sont là et un peu pour moi, égoïstement, je te dis du fond du cœur merci, merci beaucoup.»)

Puis Françoise, sa maman qui préfère habituellement l'ombre à la lumière, qui la prend dans ses bras et lui offre un gros bouquet de fleurs dans une effusion de larmes, avant les amis, ceux de l'entourage professionnel mais aussi du cercle plus privé. Et enfin, ce public de l'Open GDF Suez qui lui a tout donné et qui a tant contribué à ces trois titres conquis à Paris. Ce mercredi 10 février, Coubertin était en fête pour dire adieu en bonne et due forme à l'immense championne Amélie Mauresmo. À l'issue de la cérémonie, c'est une jeune retraitée de 30 ans très détendue et nullement titillée par l'envie de reprendre la raquette qui s'est prêtée au jeu des questions-réponses. TÊTUE y était.

TÊTUE: Cette cérémonie a-t-elle été réussie?
Amélie Mauresmo:
Oui, oui (sourire). Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. C'était sympa d'abord de voir toutes les filles qui étaient restées alors que, pour la plupart, elles avaient des matches le lendemain. Et puis j'ai été très touchée par le discours d'Elena (Dementieva) et par celui de Francesca (Schiavone) parce que bien évidemment c'est important de bien jouer au tennis, de toujours faire du mieux possible, mais j'ai toujours eu envie aussi de partager des choses avec les unes, les autres, avec un groupe, et apparemment, cela a été le cas. Et puis derrière, Michel (Boujenah), la famille, les amis qui viennent... Ils ont fait partie de l'aventure complètement et j'espère leur avoir apporté autant qu'ils m'ont apporté.

En quoi une telle cérémonie était-elle importante pour vous, alors que vous avez annoncé votre retraite le 3 décembre?
Au départ, c'est une initiative du tournoi. Mais c'est vrai que j'ai une telle histoire ici à Coubertin qu'évidemment j'ai tout de suite dit: ben oui, je serai présente s'il y a quoi que ce soit (sourire). Cet hommage était plutôt émouvant et puis c'était aussi l'occasion de remercier le public une dernière fois pour cet engouement, cet amour, ce soutien, ces émotions partagées au-delà des victoires. C'est vrai que j'ai gagné trois fois ce tournoi mais il y a eu tellement d'autres moments extraordinaires dans ce stade. Que ce soit lors de l'entrée sur le court ou même au milieu des matches, c'était incroyable! Tout d'un coup, tout le monde se levait, ça hurlait... J'avais des frissons (sourire). Ce sont quand même de grands souvenirs.

Et... cela ne vous donne pas envie de revenir?
Non! (rires) Non, parce que je sais ce que cela engendre, je sais le travail qu'il y a derrière pour arriver au niveau que j'aurais envie d'avoir et je sais qu'aujourd'hui, ce travail-là, je n'arriverais plus à le faire. Mentalement et même physiquement, ça devenait difficile.

Vous n'avez donc pas d'envie de come-back sur le court, mais dans l'encadrement de la Fed Cup, par exemple, vous qui vous êtes dites révoltée par les polémiques autour de l'équipe de France qui a perdu le week-end dernier à Liévin?
On me pose beaucoup la question. D'abord, c'est très délicat pour moi qui m'entend bien avec Nico (Escudé, le capitaine) et avec Alex (Dechaume-Balleret, l'entraîneur)... Oui, c'est délicat, voilà. Après, je crois que chaque chose doit se faire en son temps, moi, je ne suis pas pressée de toute façon de revenir dans le truc. Il faut qu'ils fassent ce qu'ils ont à faire avec cette équipe de France. Après, s'ils en ont marre (sourire) parce qu'effectivement, surtout aujourd'hui, il y a une pression qui est très très importante, on verra. Évidemment, le tennis m'a beaucoup apporté, quasiment tout, donc il s'agit probablement d'une envie que j'aurai à un moment, mais je crois qu'il faut d'abord laisser l'équipe qui est en place faire les choses.

Depuis que vous êtes à la retraite, vous prenez visiblement le temps de prendre du temps, justement.
Je sors de ma carrière en n'ayant pas l'impression d'avoir été frustrée et de ne pas avoir vécu. C'est un peu la chance que j'ai eue, quand même: je me suis autorisé des moments de décompression, des moments de partage. Maintenant, pour ce qui est des kilos que j'aurais pu éventuellement prendre (sourire), soyez rassurés, ça va, ça ne se passe pas trop mal pour l'instant! En plus, j'ai cet objectif de fin d'année avec le marathon de New York (elle est inscrite, ndlr) donc il ne vaut mieux pas commencer à gonfler (sourire) sinon ça va se compliquer. Non, non, tout va bien. Au début, j'ai eu la peur du vide, j'ai eu beaucoup de propositions et j'y ai répondu. Et puis je me suis rendue compte qu'en fait, j'avais envie de me poser. Donc, depuis que j'ai annoncé que j'arrêtais, je passe du bon temps avec mes potes, sans pour autant faire des excès. Quant à la suite, je ferai des choix dans le courant de l'année... ou pas d'ailleurs!

Posté par Entr_elles à 22:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

DANS LE VESTIAIRE DES FILLES. Lindsey Vonn+Ana Ivanovic+SI maillots=hiver au chaud?

Par Myrtille Rambion, tetu.com

CHRONIQUE. Une femme de tennisman en couv', une skieuse en petite tenue, une gagnante de Grand Chelem enroulée à demi nue dans un filet. Vraiment, le sport féminin, c'est trop cool. Au fait: est-ce encore du sport?

                           

Dis coco, t'aurais pas une idée pour que les gonzesses qui font du sport ça soit plus aguicheur, hein? -Ah ben si, justement, puisque tu en parles, j'ai une idée géniale et hyper originale! Pourquoi on les ferait pas poser genre sexy mais pas vulgaire, hein, attention. Ah ouais, mais qu'on voie de la peau quand même, parce que tu vois, les baskets, le short, le débardeur ou le t-shirt... c'est pas ... ça manque de... enfin tu vois, quoi? -T'inquiète: on va les mettre en maillot de bain, mais comme il faut quand même que ça reste du sport, on va vaguement placer dans l'image un élément un peu prétexte tu vois, style un peu technique. Et pour la couv', t'as pas une idée?­ -Ben, perso, je pense que là, pour le coup, il faut prendre une professionnelle, mais en même temps, il faut qu'il y ait un signe fort qu'on parle sport, quand même, quoi. Alors, je pense qu'on devrait choisir Brooklyn Decker. Clin d'œil grave en plus, parce que ce mannequin-là, c'est justement après l'avoir vue dans la Swimsuit Issue qu'Andy Roddick a décidé de commencer à la fréquenter. Ah ouais, je me souviens maintenant! Et depuis, c'est devenu sa femme! Délire!Brooklyn Decker

Ana, elle est bonne (joueuse)?

-Bon, et puis, puisqu'on parle tennis, qui on va mettre cette année comme joueuse? Parce qu'on a déjà eu Steffi Graf, Serena Williams, Tatiana Golovin... Ana, elle est bonne, nan? Bonne joueuse, je veux dire (rires)- Kournikova? Nan: Ivanovic, banane! En plus, ça tombe bien, elle a plein de temps pour faire des photos, vu que dans son sport, comment dire... Eh bien, c'est un peu plus compliqué pour elle depuis quelques temps. -Attends, c'est pas celle qui a gagné Roland-Garros un jour, et qui sort avec le golfeur australien, là? Si, si, c'est elle... Et le filet sur la photo, t'en penses quoi? -Trop subliminal le message, j'adore!Ana Ivanovic

On remet le (Vonn-)Couver

Et puis, j'ai une autre idée, là. Tu sais, la skieuse qu'on a en bikini rouge et blanc ? -La super connue, là? Oui, l'Américaine qui veut ramener cinq médailles d'or de Vancouver. Lindsey Vonn. Paraît même que les Canadiens parlent déjà des Jeux de Vonn-Couver. En plus, elle est mignonne. Et elle a pas trop de grosses fesses. Pour une skieuse, je veux dire... -Eh ben quoi? Eh ben on devrait aussi la mettre en couv' du numéro spécial JO, tiens! Mais en combi, hein, qu'on ne puisse pas nous accuser d'en faire juste un bel objet.Lindsey Vonn

Ce dialogue est bien entendu totalement fantasmé. Il n'a jamais eu lieu.

Au final, tu sais quoi? Eh ben: vive le sport féminin!

En revanche, celui-ci, bien entendu, lui, dans les travées du Stade Pierre-de-Coubertin cette fin de semaine. Alors qu'un observateur se lamentait de la pauvreté supposée du tableau de l'Open GDF Suez (sans Amélie, sans Serena et sans la moindre Française en quarts, dur, dur...) et du possible désintérêt des sponsors à l'avenir, une «source proche» (comme on dit dans les médias sérieux lorsque l'on veut préserver l'anonymat) de la chaîne du câble qui diffuse le tournoi révélait que la finale 2008 de la même épreuve, qui n'opposait pourtant «que» Anna Chakvetadze à Agnes Szavay, avait été l'une des meilleures audiences tennis de la chaîne.

Comme quoi, dans l'expression «sport féminin», certaines et certains tiennent encore au premier terme. Ouf.

PS : nous avons en fait assisté à une belle finale très disputée cet après-midi entre Elena Demienteva et Lucie Safarova et avons eu le plaisir de voir Amélie remettre le trophée à Elena Dementieva... donc pur bonheur cet Open !

Posté par Entr_elles à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 février 2010

EXPO: «A vos amours!», le pop art au pochoir pour les homos et les hétéros

Par Lucile Roger, tetu;com

En ce moment à la galerie «Le cabinet d'amateur» dans le 11e à Paris, une exposition de Mr Lolo dédiée à l'amour, dans toute sa liberté. Une oeuvre haute en couleur qui nous fait chaud au coeur...

                           

Du 2 février au 14 février 2010, Mr Lolo expose ses toiles à la galerie «Le cabinet d'amateur» à Paris. Le thème de l'expo: «A vos amours!»! Un cadeau de Saint Valentin?

Du glamour à la bombe
Le travail de Mr Lolo, c'est un peu «une déviance de l'art urbain»: tout est fait à la bombe et au pochoir, jusqu'aux moindres nuances. Les toiles exposées sont simples et colorées, dans la mouvance du pop art. Principalement inspiré par le cabaret (qu'il a lui-même pratiqué sous le nom de «Los Lolos de Paris») et le cinéma hollywoodien des années 1940 et 1950, il qualifie son oeuvre de «très glamour».

Militant malgré lui?

Les toiles de Mr Lolo représentent des personnes, des visages et des corps, des tatouages qu'il voit comme «des pochoirs du corps», des couples hétéros ou homos. Mais l'artiste ne s'inscrit pas dans une démarche militante: «Je suis gay, mais mon travail n'est pas un travail de militant» même s'il perçoit, dans son travail, «une revendication de la liberté d'être».

Mr Lolo aime «rendre les choses jolies» et si certaines toiles sont plus sombres, il rappelle qu'il n'est «absolument pas dark». Derrière la naïveté des messages d'amour comme cet impressionnant «Je t'aime» reparti sur cinq tableaux, on aime aussi découvrir les quelques précautions inscrites à la bombe: «safe sex - save your love»...

Du 2 au 14 février à la galerie «Le cabinet d'amateur», 12 rue de la Forge Royale, Paris 11e.

Myspace de Mr Lolo: http://www.myspace.com/miegemolle

                                                                                                                             

«A vos amours!»

   

Par Mr Lolo

                       

previous

1/6

previous

previous

stop

Posté par Entr_elles à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2009

Sondage : Votez pour l'actrice 2009 la plus sexy!

Pour notre premier sondage TÊTUE, qui va vous réchauffer en pleines fêtes hivernales, nous avons sélectionné des actrices magnifiques, plutôt féminines (les butchs arriveront, ne vous impatientez pas!) et qui ont eu une actualité l'an passé.

                           

Gina Gershon
Gina Gershon

Actu plutôt musicale pour Gina Gershon qui vient de sortir un album In Search for Cleo, en cinéma, on attend son rôle dans Love Ranch (en post-production), l'histoire du couple qui ouvrit la première maison close légale dans l'Etat du Nevada, aux Etats-Unis. L'ère butch plombier semble aux oubliettes.


Kate Moennig

Année en demi-teintes pour notre Shane éternelle qui a terminé en apothéose avec The L Word mais qui s'est ramassée avec la série Three Rivers. La blouse d'hôpital vert-pâle et le pantalon assorti porté taille basse, c'est vraiment pas sexy...

Charlize Theron
Charlize Theron

Ambassadrice de la paix de l'ONU, la belle sud-africaine Charlize vient de créer une paire de chaussures avec Tom Shoes afin de recueillir des fonds pour son association d'aide à son pays. Mais pour nous, elle restera toujours la touchante tueuse en série abîmée par la vie et amoureuse folle dans Monster.

Angelina Jolie
Angelina Jolie

Angie a Brad Pitt, Angie est maman, Angie fait de l'humanitaire... et  Angie a quelques tatouages qui rappellent son passé trash pleinement assumé. Avec une nomination aux Oscar en 2009 pour son rôle dans L'échange, l'actrice a fait bien du chemin depuis son interprétation de Lara Croft. Celle qui a tout pour elle les aura-t-elle aussi toutes pour elle?

Drew Barrimore

 

 

 

 

 

 

Drew Barrymore
Celle qui a le sourire le plus craquant de notre sondage. Elle joue la fille de Robert de Niro et campe la nana et voisine de Kate Moenning, dans Everybody's Fine, une comédie cucul la praline, dont la sortie en France est prévue le 10 mars 2010.

Megan FoxMegan Fox
Considérée par beaucoup comme la nouvelle Angelina Jolie, Megan Fox est la nouvelle bombe sexuelle made in Hollywood. Propulsée au rang de star internationale par la saga Transformers, cette brune au regard bleu ravageur n’en finit plus de nous séduire. Depuis son rôle dans Jennifer’s Body, on rêve qu’elle nous dévore ou qu'on la dévore… L'un ou l'autre!

Michelle Rodriguez
Révélée par son rôle de boxeuse dans Girl Fight, Michelle Rodriguez n’est pas le genre de fille à se laisser marcher sur les pompes. Révoltée, rageuse, elle fout la patée aux mecs dans les films d’action (Fast and Furious, Avatar) et c’est pour ça qu’on l’adore.

Bette Porter
Jennifer Beals

Ah Bette Porter! Ses tailleurs dernier cri, ses remarques spirituelles, et ses regards envoûtants. Elle nous manque. Première lesbienne «puissante» socialement et «hétéronormée», Jennifer Beals incarne, à l'écran, avec The L Word, à merveille la femme active, en couple, infidèle, en crise, en colère. Pour le reste, peu intéressant, elle a joué aux côtés de Sandrine Bonnaire récemment, dans Joueuse de Caroline Bottaro.

Charlotte Gainsbourg
Charlotte Gainsbourg

Grosse année pour Charlotte. D'abord un prix de l'interprétation féminine à Cannes pour son rôle extrême de sorcière dans Antichrist et un nouvel album de toute beauté, écrit par un Beck habité par le fantôme de Serge.

Mia KirschnerMia Kirschner
On a adoré la détester dans The L Word, où elle campait Jenny, une bi torturée aussi excitante que «brise-clito». Avec son regard bleu insaisissable et sa peau diaphane, Mia pourrait aisément jouer les filles de Dracula. Ça tombe bien, on l’a retrouvera bientôt dans la série Vampire Diaries!

Scarlett JohanssonScarlett Johansson
Avec ses lèvres pulpeuses et son blond platine, l'actrice de 25 ans a su s'imposer en donnant une touche sexy au cinéma haut de gamme. Il faut dire qu'être la nouvelle muse de Woody Allen, ça aide. On a pensé qu'après le dernier rôle de Scarlett dans Ce que pensent les hommes, on pourrait vous demander ce qu'en pensent les femmes... A vous de nous dire!

Lindsay Lohan
Lindsay Lohan

Un corps de bimbo, une relation en dents de scie avec une DJette tomboy, quelques cuites remarquables... Lindsay ne veut pas qu'on la «range dans une case», alors on ne le fera pas.

Asia Argento
Asia Argento

Asia n'a pas peur pour son image et elle n'a rien à craindre de notre côté. En anorexique de 17 ans dans Trauma ou en mère toxico dans le Le livre de Jérémie, on aime toujours.

Cécile de FranceCécile de France
On a hâte de la retrouver dans le prochain film de Clint Eastwood (prévu pour 2010). Même si on est nostalgique des rôles lesbiens de sa jeunesse... et de son célibat.

Evan Rachel Wood
Evan Rachel Wood

La rousse incandescente enchaîne les rôles lesbiens depuis l’adolescence. Après un premier baiser mythique avec Mischa Barton dans Deuxième chance (Once and Again), la belle Evan a fait parler d’elle en ado paumée dans Thirteen et émeut dans The Wrestler. Depuis un an, elle incarne Sophie-Anne, l’une des prédatrices de True Blood.

Alors toutes à vos clics, et votez!!

                                                                                                                                  

  •                 Partager                        

                        

Sondage têtu

Quelle est l'actrice 2009 la plus sexy? (1027 votes)

                   

Posté par Entr_elles à 23:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


EXCLUSIF. Katherine Moennig: «Je ne suis pas Shane»

Par Myrtille Rambion, tetu.com
BEST OF TÊTUE. Lors du Festival de télévision de Monte-Carlo, Katherine Moennig a accordé, en exclusivité à TÊTUE.COM, une interview très… «Shane».

D'accord, dans la vraie vie, elle n'est pas Shane. Pourtant, la dégaine, la voix, le débit, la coupe de cheveux, les lunettes de soleil, le jean slim et les réponses concises à peine audibles sont exactement les mêmes que dans The L Word.

TÊTUE: Kate, comment est-ce, la vie après The L Word?
KATHERINE MOENNING: La vie est belle! Ouais... (pause) C'est fini depuis presque un an maintenant, donc je suis passée à d'autres émotions, je ne suis plus triste. Je vais bien.

Vous avez déjà retrouvé un nouveau rôle, celui d'un médecin dans la série hospitalière Three Rivers. Mais y a-t-il eu un moment malgré tout où vous avez craint d'être cantonnée aux rôles «à la Shane», d'avoir une étiquette collée à la peau pour toujours?
Bien sûr. Mais je crois que tout le monde connaît ce genre de peur. Moi, j'ai eu beaucoup de chance d'obtenir ce rôle qui me plaît, assez rapidement après la fin de The L Word, donc cette période de doute n'a pas duré, heureusement.

Il paraît que cette série, Three Rivers, est espérée comme le nouveau «Urgences» par CBS.

Je ne sais pas... Mais c'est vrai après tout que cela pourrait être le nouveau Urgences. Cela se pourrait (pause) mais en fait, je n'en suis pas sûre parce que... je n'ai toujours pas vu le pilote. Je ne sais pas comment ils ont organisé l'ensemble, je ne sais pas à quoi cela ressemble donc je ne peux pas vous en dire tellement plus que ça.

Dans la vraie vie, vous arrive-t-il que certaines personnes vous appellent «Shane»?
Ouais (sourire)... Cela arrive même assez souvent.
Exergue shane 3
Et?
Ben... je ne suis pas Shane, donc...

Mais vous leur dites quoi à ces gens-là?
Rien (sourire). C'est juste que... je ne suis pas Shane, c'est tout, donc quand on m'appelle comme ça, je ne réponds pas.

Vous n'êtes pas Shane, mais vous lui ressemblez quand même furieusement...
Nous sommes complètement différentes. Si ce n'est que nous nous ressemblons physiquement. Pour le reste, nos manières de voir la vie sont opposées.

Kate Moenning

Dans les attitudes, l'apparence physique, la manière de vous habiller, justement, diriez-vous que vous êtes peu à peu devenue Shane ou que Shane est peu à peu devenue vous-même?
Les deux. Je pense que c'est ce que vous répondra n'importe quel acteur, d'ailleurs. Au bout d'un moment, si vous jouez un même personnage, vous finissez par vous confondre avec lui. On finit toujours par entretenir une sorte de relation organique avec son personnage.

Comment décririez-vous l'ambiance de tournage de The L Word?
Elle était merveilleuse.

Jamais de crêpages de chignon?
Non.

Pourtant, c'est ce que l'on a pu lire çà et là...
Ne croyez pas ce genre de trucs. Nous nous sommes très bien entendues.

Et la fin? Honnêtement, vous ne l'avez pas trouvée un peu décevante?

Je comprends tout à fait les critiques. Je peux comprendre que certaines personnes aient pu trouver la fin un peu décevante (pause)... Ouais, je comprends.

Comment ça?
Eh bien, disons que je ne pense pas que la dernière saison ait été un bon résumé de la série, de tous les sujets qu'elle a abordés et de tout ce qu'elle a représenté.

Des six saisons, quelle est votre préférée?
Ça c'est une question difficile (pause). La deuxième saison me plaît bien, en fait. Je me souviens avoir adoré la dynamique de cette saison, je trouve que c'est là que la série a commencé à vraiment voler de ses propres ailes, à trouver un rythme bien à elle, à avoir son propre univers.

Vous savez que vous êtes devenue une icône pour les filles du monde entier?
Hum hum.. (elle acquiesce).

C'est quelque chose que vous gérez bien?
(rires) Mais cela n'a aucune implication dans mon quotidien! Cela ne change rien quand je marche dans la rue. Les seuls moments où je m'en rends compte c'est quand je parle à des journalistes. Mais ma vie au jour le jour n'a pas vraiment changé, je vous assure.

Je crois savoir que vous avez déjà rencontré Amélie Mauresmo...
(Elle se redresse de son fauteuil) Amélie? Ouais, c'est vrai. Elle est adorable! C'était il y a quelques années déjà. Avec les filles (de The L Word, NDLR), on avait eu la chance de pouvoir assister à l'un de ses matches. Elle était excellente! Franchement, je l'adore. C'est une athlète exceptionnelle.

Vous savez qu'elle aussi est une icône en France?
Oui, je peux aisément l'imaginer (Elle s'anime) Elle va bien? Elle a eu de bons résultats dernièrement?

Elle a perdu au premier tour de Roland-Garros.
Ah bon, vraiment? (l'air concerné) Elle a perdu... et contre qui? Une Allemande? Oh, c'est pas vrai... Mais elle va revenir au top, j'en suis sûre!

Ah oui?
Ouais!
exergue 2 shane
Vous êtes fan de tennis?
Je ne suis pas accro, mais j'aime ça oui. Si j'ai l'occasion de voir un match, j'en profite. Voir Amélie en vrai, c'était génial.

Et sinon, qui est selon vous la plus canon des L Word?
Mon Dieu (sourire). Elles sont toutes belles. Mais (pause) là, vous parlez de ma seconde famille.C'est comme si vous me demandiez quelle membre de ma famille je trouve la plus attirante : je ne peux pas répondre à cette question!

D'accord. Alors laquelle est votre meilleure amie?
Leisha (Hailey, qui joue Alice, NDLR) est ma meilleure amie. Je suis également très amie avec Erin Daniels (Dana, NDLR).

Erin Daniels vient souvent à Paris, Mia Kirshner y a acheté un appartement... Et vous, connaissez-vous la France?
Je suis allée à Paris, une fois: j'adore! C'est une ville magnifique. Je me suis baladée un peu partout, mais je n'ai pas suivi le parcours touristique classique, je n'aime pas ça. J'ai beaucoup marché. Je suis allée au Louvre, puis je me suis promenée dans le 6e, le 7e et je suis remontée dans le 8e arrondissement en longeant la Seine... Quand je vais dans un endroit que je ne connais pas, c'est ce que je préfère faire: marcher pour le découvrir.

Connaissez-vous d'autres endroits que Paris en France?
Ben... Monaco, techniquement, ce n'est pas la France, hein? Alors, non, je ne suis pas allée ailleurs en France.

Et Monaco, ça vous plaît?
C'est beau! Mon Dieu, c'est vraiment splendide. Personnellement, je ne vois pas ça sous l'angle «glamour». Pour moi, c'est juste un endroit chargé d'histoire. Et puis, quelle vue!

Quid de Los Angeles, où vous vivez ?
J'adore L.A.! C'est une endroit génial pour vivre. Qui est parfois gâché par les gens qui y évoluent, mais il n'empêche que c'est une super ville.

C'est une ville où la pression peut parfois être très forte. Beaucoup d'actrices parlent notamment de ce poids de la beauté à Hollywood, des normes qui vont avec, des canons que l'on vous impose...
Je ne suis pas d'accord avec ce point de vue. Je pense que l'on est le produit de son environnement. On est à l'image de ce qui nous entoure. Et dans mon monde, on ne se préoccupe pas de ce genre de choses. J'ai le sentiment de pouvoir être celle que je veux. En tout cas, il me semble que j'y suis plutôt parvenue jusqu'ici (sourire). Alors, pourquoi changerais-je?

Puisque l'on évoque Hollywood : le film L Word dont on parle tant est-il réellement en préparation?
Il faudra poser la question à Ilene (Chaiken, la créatrice, NDLR). Mais d'après ce que je sais, elle est très intéressée par le projet. Et moi aussi, bien sûr! Je serai absolument partante pour retrouver les filles et cet environnement de travail. (Pause) Nous étions une famille, vraiment. J'espère que ça va se faire.

Pour nous aider à mieux vous connaître, puisque vous vous dites complètement différente de Shane, expliquez-nous par exemple ce que vous aimez faire quand vous ne travaillez pas?
Je suis quelqu'un de très normal. Je fais ce que les autres font. J'aime écouter de la musique, toutes sortes de musique: j'aime le rock, le punk, la pop, le hip-hop. A part ça, je vais courir avec mes chiens, je profite de ma maison, ce genre de trucs.

C'est vrai que vous ne regardez presque jamais la télévision?
Non, je ne la regarde pas. Je préfère aller au cinéma. Mais je crois que je vais me mettre à True Blood (la nouvelle série du créateur de Six Feet Under, Alan Ball, NDLR), ça m'a l'air vraiment bien.

Vous saviez qu'Evan Rachel Wood (Once and Again, Thirteen) avait rejoint le casting en tant que vampire lesbienne?
Ah non. (Pause) Mais cela a du sens.

Vous avez de jolis tatouages...
Ouais. J'en ai neuf. Ils ont chacun une signification particulière. Mais ne comptez pas sur moi pour vous dire laquelle.

Bon, maintenant, vous pouvez le dire : vous n'aimez pas les interviews?
Non, pas vraiment (sourire). C'est ce que j'aime le moins dans mon métier. Mais ça fait partie de mon boulot, donc je dois le faire. Pour être très honnête, je n'aime pas tellement être sous les projecteurs. Moi, je ne me vois pas comme quelqu'un de célèbre. Car il faut bien se dire une chose: à Los Angeles, tout le monde s'en fout de moi.»


Posté par Entr_elles à 23:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 novembre 2009

Les gays italiens disent merci à Beth Ditto

par tetu.com

VIDÉO. La diva rock a brandi une banderole contre l'homophobie au cours d'un concert à Milan. Le public, composé de nombreux gays et lesbiennes, a adoré! Regardez la performance.

                           


En tournée européenne, les Gossip et leur mythique chanteuse Beth Ditto étaient en concert lundi, au Palasharp de Milan. Ils ont électrisé leurs fans italiens, complètement sous le charme de la diva rock. Et plus encore quand celle-ci s'est parée de la banderole «Stop homophobia» de la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie (Idaho) pendant qu'elle interprétait la chanson Yr Mangled Heart (à écouter plus bas).

Grazie Beth
Le message a bien sûr fait un tabac auprès du public, largement composé de gays et de lesbiennes, alors que l'Italie, et surtout Rome, ont été le théâtre de plusieurs agressions homophobes ces dernières semaines. Et les homos italiens ne croulent pas sous les soutiens: la classe politique est frileuse pour s'engager franchement contre les discriminations (voir l'article sur la loi anti-homophobie retoquée au Parlement) Et surtout, comme le signale Gay.it qui rapporte cette nouvelle, aucun artiste «ne s'était exprimé d'une manière aussi forte et claire contre l'homophobie» devant un public italien. Alors, pour cet appui inhabituel et sans réserve, le site lance un cordial: «Grazie Beth!»

La vidéo de la chanson:


Pour ceux qui souhaitent écouter le titre Yr Mangled Heart en meilleure qualité:

Posté par Entr_elles à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2009

BETTY: «L Word est politique, car la série raconte la vie de femmes homos qu'on entend peu»

INTERVIEW. Si vous ne connaissez pas le nom de ce groupe, vous connaissez probablement au moins une de ses chansons: le générique de «The L Word». Ce girl band était en concert hier à Clermont-Ferrand, invité par les petites Françaises d’Anatomie Bousculaire. L’occasion pour TÊTUE de parler activisme, mot en L, et musique avec Amy, Alyson et Elizabeth.

                           

BETTYTÊTUE: BETTY a été découvert par les lesbiennes grâce au générique de The L Word («The way that we live»). Mais votre musique ne se limite pas à ça. Pouvez-vous nous présenter le reste de votre travail?
BETTY: Cela fait 20 ans que nous formons un groupe! Nous nous sommes rencontrées à la fac. Les sœurs Amy et Elizabeth et leur meilleure amie Alyson... Nous avons commencé à Washington, avant de déménager pour New York, après que nous ayons été choisies pour composer les musiques d'un show pour enfants à la télé. En fait, nous avons beaucoup travaillé pour la télévision avant The L Word. Nous avons pas moins de cinq génériques diffusés actuellement.

Est-ce que BETTY est un groupe militant? Notre musique n'est pas politique - mais nous sommes des individus politisés. Nous pensons que toute personne, et très certainement tout artiste, doit se battre pour ses idées. Nous sommes des féministes acharnées. Depuis plusieurs années, nous avons essayé de défendre un certains nombre d'idées: les droits des homos, la lutte contre le sida et le cancer du sein... Nous sommes très heureuses de ne plus avoir honte d'être américaines à cause de Bush. Quand Bush était président, partout où nous jouions, nous commencions toujours notre concert en expliquant que nous étions vraiment désolées de ce qu'était devenue l'Amérique à cause de lui!

Votre participation à The L Word était également politique?
L Word est politique, car la série raconte la vie de femmes homos. Et on entend peu les histoires des femmes, en particuliers des femmes homos! Nous sommes très fières d'avoir participé à cette série vraiment révolutionnaire. Nous nous sommes fait plein d'amis, et nous avons le souvenir de spectatrices des quatre coins du monde qui venaient afin de nous voir jouer, mais également pour raconter, elles aussi, leur histoire...

Votre dernier album s'intitule Bright and Dark. Dites-nous en un peu plus...
Nous avons enregistré ce CD l'année dernière, alors qu'Elizabeth était en chimiothérapie pour un cancer du sein. C'était une période vraiment intense. Nous n'avons pas du tout fait de concerts. Nous enregistrions, et restions avec elle. Il y a eu des moments vraiment sombres, et d'autres très heureux, lors de sa guérison. Nous sommes très fières de ce CD qui contient des chansons fun et sexy mais aussi des chansons brutes, qui viennent du fond du cœur.

Vous avez déjà fait des concerts en France, alors dites-nous: comment est le public français?
Ok, il y a quelque chose que vous devez savoir: BETTY ADORE LA FRANCE! Les gens, les filles, le vin, la nourriture, les habits, l'art... Le public! Amy et Elizabeth ont passé leur enfance en France. Nous avons de supers amis ici, et nous sommes super excitées de revenir. Nous aimerions faire une longue tournée pour faire le tour de France avec nos amies d'Anatomie Bousculaire... Peut être au printemps? En tout cas, vive la France!

Posté par Entr_elles à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2009

Toute la programmation lesbienne du festival Chéries-Chéris. Samedi 21 novembre. Patricia et ColetteLe festival Chéries-Chéris

Toute la programmation lesbienne du festival Chéries-Chéris. Samedi 21 novembre.

                           

Patricia et ColetteLe festival Chéries-Chéris du 16 au 22 novembre 2009
Toute la programmation lesbienne!

Samedi 21, 20h, salle 500
Côté filles
Des filles et des histoires... d'amours, de dragues, de séductions...
pour tous les genres.

Nisha, the Mark of the Cow
Lilium Leonard - Inde / clip 2008 4'
Une espionne indienne, Nisha, des amours insolites et une chanson de Bollywood.

Paginas de Menina
Monica Palazzo - Brésil / fiction 2008 18'50 vostf
En 1955, Ingrid se présente pour travailler dans la librairie de Machado de Assis. Elle rencontre Silvia, une femme superbe. L'affection, d'abord intellectuelle, devient de plus en plus vive et émotionnelle.

Butthole Lickin'
Kanako Wyncoop- Etats-Unis / fiction 2008 5' vostf
Parfois, l'amour lesbien n'est pas ce qu'on en dit...

Getting Off
J. Aguilar et Meliza Banales - Etats-Unis / 2008 17' vostf
Une virée queer et réjouissante dans les lits et les rues de San Francisco à la recherche d'un orgasme perdu...

Her Own Way
Limor Ziv - Israël / fiction 2007 16' vostf
Mika, une jeune ado, ne peut s'avouer sa propre sexualité, ce qui l'empêche d'exprimer clairement ses sentiments. Son amie vient passer le week-end chez elle. Mika sait d'ores et déjà qu'elle devra coûte que coûte faire face à ses émotions...

Belle de natureBelle de nature
Maria Beatty - France / fiction 2009 11'
Plus les nœuds se resserrent autour de son corps et plus l'imagination de Clara s'envole. Elle se retrouve alors nue à l'orée d'un bois. L'herbe lui chatouille les pieds, une ronce l'égratigne, sa respiration s'accélère sous les décharges électriques des orties. Clara rejoint son amante, la forêt. Réalisé par Maria Beatty dont le Festival présente aussi le long métrage Bandaged.

Elle Deux, saison 2
Patricia & Colette - France / clip 2009 2'
La vie sentimentale comme un roman photo-video ! Un nouvel opus de Patricia & Colette.

I Kissed a Girl
Patricia & Colette - France / clip 2009 3'20
Une fantaisie chantée du duo le plus drôle du net.

Séance en présence des réalisatrices

Samedi 21 novembre, 14h, Salle 500
La domination masculine
Patric Jean - France-Belgique / documentaire 2009 1h40
Le combat féministe est-il terminé? Les hommes ont-ils enfin consenti à l'égalité entre les sexes? Nos sociétés ont-elles atteint ce niveau de modernité revendiqué depuis quatre décennies au moins? D'un magasin de jouets où les rôles sexuels les plus traditionnels continuent d'être reproduits jusqu'aux témoignages terribles de femmes battues, d'une clinique où des hommes espèrent gagner en virilité en gagnant quelques centimètres de pénis jusqu'au discours extrémiste d'un mouvement «masculiniste» florissant au Québec, d'un massacre de femmes par un psychopathe à des réunions d'un groupe féministe... le film de Patric Jean n'en finit pas de répondre non à ces trois questions. Si c'est la question du sexisme qui agite ce passionnant documentaire, il est à l'évidence également sous-tendu par celle de l'homophobie. Violent et drôle, ce film remarquablement construit et filmé n'en finit pas de questionner notre société et les rôles qu'elle nous assigne encore et toujours, entraînant de profondes discriminations.

Avant-première. Distribution UGC. Sortie le 25 novembre. Séance suivie d'un débat, en présence de Patric Jean, Marie Masmonteil et d'autres intervenants.


Samedi 21 novembre, 16h15, salle 100
SocietySociety
Vincent Moloi - Afrique du Sud / fiction 2007 1h30 vostf

Quatre femmes noires, quatre amies d'école que la mort d'une cinquième réunit. Il y a Akua, une femme d'affaires préoccupée par les hommes objets dont elle s'entoure ; Inno, une miss météo qui rêve de célébrité ; Loïs, doctoresse enceinte devant négocier avec un problème d'alcool ; et Beth, une enseignante dans le placard vivant avec sa petite copine aussi butch que sexy... Toutes quatre prétendent que leur vie est merveilleuse, mais derrière la façade, la réalité est tout autre...

Version cinéma d'une mini-série à succès de la télévision sud-africaine, Society est une chronique très libre, à mi chemin de Sex and the City et de The L Word. Le sujet de fond, outre l'amitié et la solidarité feminine, c'est l'importance d'être soi-même: ce n'est donc pas étonnant que la série ait été la première en Afrique du Sud à accueillir un couple lesbien.

Keep It Movin'
Consuelo Ramirez - Etats-Unis / documentaire 2008 9' vostf
Le duo rap Yo Majesty en tournée. Une énergie hallucinante !
En présence de Consuelo Ramirez.

Posté par Entr_elles à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2009

Tout le programme de la L Week bruxelloise

Par Patricia Huon,  jeudi 12 novembre 2009 - http://www.tetu.com

Du 13 au 20 novembre, la L-Week prend ses quartiers à Bruxelles. Pour sa 4e édition, cette semaine consacrée à la visibilité des femmes lesbiennes et bisexuelles présente un programme bien fourni.

                           

L Week Belgique La sélection de la L Week du 13 au 20 novembre à Bruxelles:

-Vendredi 13 novembre. La L-week commence officiellement à la Maison Arc-en-Ciel, avec le vernissage d'une exposition qui regroupe plusieurs artistes de talent: Iza Iza (peinture), Soizick Jaffre (BD), Ludivine Hannon (photo), Pauline Cantal (photo/vidéo) et La P'tite Blan (BD).

-La soirée d'ouverture, vendredi 13 novembre, au Recyclart. Plusieurs centaines de personnes sont attendues pour cette grande fête dans une salle bien connue des noctambules bruxellois. Un mix de soul, disco, électro, latino et funk qui promet d'être chaud!

-Dimanche 15 novembre. Une journée de réflexion, de conférences et de débats.
Au programme: projection d'un documentaire de Saddie Choua qui raconte les parcours de six femmes d'origines diverses; un atelier intitulé «Le Coming-out pour les Nulles»; une pièce de théâtre sur les relations amoureuses entre des femmes d'origine maghrébine...

-Mercredi 18 novembre. Journée cinéma, avec notamment la projection de «Are you a girl or what ?», de Mathilda Piehl et Alex Fridunger, sur le quotidien des lesbiennes en Afrique du Sud.

-Vendredi 20 novembre. Soirée de clôture au Métro Valdi. Deux dancefloors animés par des djettes très queer pour finir la semaine en beauté.

-Samedi 21 novembre. Le L-Day à Gand. De nombreuses activités et une énorme soirée.

Posté par Entr_elles à 19:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]